A la lumière du Coran

Ce site est dédié à la compréhension du sens premier[1] du Coran dans sa composition littéraire[2]. 

Dégager ce sens premier nécessite un travail sur nous-mêmes de distanciation critique et salutaire par rapport au texte, avec pour but final de revenir au moment coranique de compréhension des primo-destinataires[3]. Nous suivons à cet effet une méthodologie raisonnée que nous nommons Analyse Textuelle du Coran.

Vous trouverez le résultat de ce travail, qui est en cours d’élaboration, sous la forme d’un PDF (disponible en français et en anglais) dans la rubrique du menu principal intitulé Al-Quran (pdf).

 

S’ABREUVER DIRECTEMENT A LA PURE SOURCE DIVINE QUI GUERIT LES COEURS :

Ô gens, un avertissement vous est venu, de votre Seigneur, une guérison de ce qui est dans les poitrines…(Coran, 10:57)

ÊTRE FORT SUR SES BASES POUR MIEUX SE DEPLOYER :

Ne vois-tu pas comment Dieu a proposé l’exemple frappant d’une bonne parole ? [C’est] comme un bon arbre, fermement enraciné dont le sommet de ses abondantes ramifications s’élève haut dans le ciel (Coran, 14:24)

NE PAS REGRETTER :

(Le Jour de la Redevabilité) Le messager a dit : “En vérité, O Mon Seigneur, mon peuple a pris ce Coran pour une chose délaissée !” (Coran, 25:30)

Fragments d'un vieux Coran à l'Université de Birmingham. Il est l'un des plus anciens connus et a peut-être été écrit à l'époque du prophète Muhammad. Des tests au radiocarbone datent le parchemin à l'époque du prophète (AP Photo / Frank Augstein)

 


[1] Traduction du mot “tawīl” en arabe coranique (cf. ta’weelun : “remettre quelque chose sur le juste/correct/approprié chemin”). Précisément, nous entendons par “sens premier”, le sens qui provient et se conforme au texte, étudié dans son contexte culturel et compositionnel complet et premier tel qu’il nous est parvenu, sans ajouts d’interprétations orientées idéologiquement et postérieures au moment coranique. En somme, ne pas faire faire parler le texte, mais laisser parler le texte afin d’éviter qu’il soit réduit à un pré-texte ou servant de prétexte.                                                           

Eu égard aux 14 siècles qui nous séparent de ce contexte primitif et des connaissances limitées propres à l’Homme et à son époque, nous avons bien conscience que nous pouvons aussi être la proie à une mauvaise compréhension de la littéralité du texte. L’intention ne garantit pas le résultat. L’humilité est donc de mise en la matière, et limiter ce risque passe par l’application d’une méthodologie rigoureuse et méthodique en rapport avec l’objectif visé.

[2] La mise en perspective de la composition structurelle du Coran, essentiellement symétrique ou binaire, s’effectuera au moyen des principes et des lois de la rhétorique sémitique. Cela permet ainsi une approche éclairante et une réflexion plus fine autour du texte coranique. Cette représentation visuelle et systématique de la disposition du texte coranique justifie en soi l’existence de ce site, et en constitue l’apport majeur et novateur comparativement aux approches exégétiques classiques.

[3] Entendons-nous bien. Il ne s’agit pas de se couper du patrimoine islamique ni du patrimoine judéo-chrétien, au sens large du terme et dans toute sa diversité, mais de changer de paradigme comme nous y invite le verset [4:174] (slogan du site), pour nous libérer autant que faire se peut des conditionnements humains en se recentrant sur le Coran. Se “libérer” ne veut pas dire “abandonner” mais s’autoriser un regard libérateur qui se veut sans complaisance ni adorateur, sous la seule dépendance du discours coranique qui nous sert de critère suprême, et le patronage de son divin énonciateur. Comprendre le sens premier pour faire du Coran le compagnon vivant privilégié de nos vies.

S’agissant du patrimoine religieux pré-coranique et post-coranique, ce changement de paradigme consiste concrètement à lire ce patrimoine à l’aune du Coran et non l’inverse, en tant que grille de lecture privilégiée (en arabe fur’qān/Critère ou Discernement) – le risque est réel sinon d’ingérer des biais interprétatifs qui nous éloignent de la lettre coranique et de son essence, et in fine de son dire originel.